Règles du golf

 

  Où dropper ? Le PPPD

 .Le POINT LE PLUS PROCHE DE DEGAGEMENT, le PPPD est un point de référence à déterminer pour se dégager gratuitement d’une interférence avec une Obstruction Inamovible, un Terrain en Conditions Anormales (TER, Eau fortuite, etc.) ou un Mauvais green. Ce point permet ensuite de définir la zone de drop.

. Sur le schéma ci-dessus, un joueur droitier, a retrouvé sa balle au point A sur une route classée « Obstruction Inamovible ». Si la route n’avait pas existé, il aurait joué son coup suivant vers le green en adoptant une posture adaptée (adresse, club, et mouvement). S’il souhaite se dégager de la route selon la R.24-2b(i), il doit déterminer le PPPD en gardant cette posture pour simuler un coup vers le green, en évaluant les quelques positions plausibles.

■- Dans notre exemple, le PPPD se situe au point B, point qui répond totalement aux exigences de la Définition du PPPD. En effet :

a)- C’est le point le plus proche de celui où repose la balle (A) et qui n’est pas plus près du trou. Les autres points « remarquables » (C et D) sont plus éloignés de A.

b)- Et par ailleurs, si la balle A était placée à ce point B, il n’y aurait plus d’interférence avec la route, et cela pour le coup que le joueur aurait joué de l’endroit initial (A) s’il n’avait pas trouvé cette situation (interférence avec la route).

LE PPPD 2

Voir la Définition du Point le Plus Proche de Dégagement (PPPD) et R.24-2b(i)

■- Le schéma ci-dessus illustre un scénario similaire à celui de la fiche précédente avec cette fois la présence d’un grillage de Hors-limites situé à gauche de la route (dans le sens du jeu).

Avec une telle configuration notre joueur droitier est physiquement incapable de déterminer le PPPD (au point B), à cause du grillage de Hors-limites qui l’empêche d’adopter la position adéquate à l’adresse. Dans ce cas, le joueur doit estimer le PPPD sans simuler sa position à l’adresse. Il estimera ainsi que le PPPD, dans notre exemple, est bien situé au point B. 

■- Le PPPD est un point de référence permettant de définir la zone dans laquelle le joueur devra dropper sa balle. Ce point de référence n’est pas nécessairement un point que le joueur peut physiquement matérialiser ; il peut par exemple se situer au milieu d’un tronc d’arbre ou dans un épais roncier quasiment impénétrable. Il représente simplement le point du terrain le plus proche de celui où repose la balle, qui n’est pas plus près du trou et où il n’y aurait plus d’interférence avec la route si la balle y était située (pour un coup identique à celui que le joueur aurait joué sur sa balle, là où il l’a retrouvée). Le fait que la position du PPPD plaise ou non au joueur, n’a aucune importance dans la procédure de détermination de ce point.

■- Dans l’exemple ci-dessus, le joueur qui ne souhaite pas se dégager gratuitement de la route parce que le PPPD (au point B) ne lui convient pas, pourra toujours jouer sa balle telle qu’elle repose sur la route (au point A) ou la déclarer injouable.

BALLE SUR UNE OBSTRUCTION INAMOVIBLE – 1 (PPPD 3)

 Commentaires : Voir la Définition du Point le Plus Proche de Dégagement et la R.24-2b(i)

– Le Point le Plus Proche Dégagement (PPPD) n’est pas le point de dégagement qui satisfait le joueur, mais celui qui répond intégralement à sa propre Définition. Une route qui se trouve en bordure du terrain n’a pas été construite à cet endroit pour permettre aux joueurs de rattraper au mieux les mauvais coups qu’ils viennent de faire. Les joueurs doivent accepter les conséquences de leurs coups … y compris quand ils sont mauvais.

– Un joueur qui ne tient pas à se dégager gratuitement d’une situation d’interférence, eu égard au danger que présente la zone dans laquelle il devrait dropper sa balle, peut toujours jouer celle-ci comme elle repose (si aucune Règle locale ne l’interdit) ou la déclarer injouable.

– Le joueur qui souhaite se dégager gratuitement d’une situation d’interférence, a intérêt à déterminer son PPPD avant de relever sa balle. En effet, si le PPPD retenu pour le dégagement gratuit ne lui convenait pas au point de préférer jouer sa balle là où elle repose, il n’aura pas à la replacer avec un coup de pénalité [balle au repos déplacée : R.18-2a(i)].

Le drop doit s’effectuer comme le coup aurait été joué sans la gêne qui vous permet de bénéficier du dit drop. Autrement dit :

JEU AVEC UN COUP DE RECENTRAGE (PPPD 4) 

Voir la définition du Point le Plus Proche de Dégagement (PPPD)

■- Le schéma ci-dessus présente une situation de jeu exempte d’interférence avec une   Obstruction Inamovible ou un quelconque Terrain en Conditions Anormales (TCA) : un joueur droitier vient de retrouver sa balle reposant (au point A) derrière un des arbres d’un bosquet situé sur la droite du trou. Dans une telle configuration, il déciderait sans doute d’effectuer un coup de recentrage sur sa gauche, vers une zone (point X) située au centre du fairway, en adoptant une posture adaptée à cette fin (adresse, club, direction et mouvement).

■- C’est en adoptant cette même posture que ce joueur aurait déterminé le PPPD s’il avait retrouvé sa balle au même endroit (point A) reposant par exemple dans de l’Eau Fortuite (voir la fiche suivante).

JEU AVEC UN COUP DE RECENTRAGE   2 (PPPD 5)

 

Voir les Définitions du PPPD, du Terrain en Conditions Anormales, de l’Eau Fortuite ;  Règle 25-1b(i) et Fiche précédente.

■- Le schéma ci-dessus reprend le scénario de la fiche précédente, avec une variante : la balle du joueur, qui est droitier, repose derrière un arbre (au point A), dans une zone d’Eau Fortuite. L’Eau Fortuite appartenant à la catégorie des Terrains en Conditions Anormales, le joueur peut se dégager gratuitement de cette interférence en invoquant la R.25-1b(i) : 

    – S’il n’y avait pas eu d’Eau Fortuite (exemple de la fiche précédente), le joueur aurait décidé de se recentrer à gauche, vers une zone (point X) située au centre du fairway, en adoptant une posture adaptée pour un tel coup (adresse, club, direction et mouvement).      

 Pour déterminer le PPPD, le joueur doit adopter cette même posture, en prenant pour cible la même zone (X) située au centre du Fairway. Il pourra ainsi déterminer que le PPPD se situe au point B dans cette configuration.

■- Quand la procédure de dégagement est terminée, le joueur peut jouer comme bon lui semble. Dans notre cas, sa balle s’immobilise au point C à l’issue du dégagement. Il pourra donc jouer directement vers le drapeau, en ayant ainsi l’opportunité de gagner un coup vers le green, du fait de la présence de l’Eau Fortuite (mais peut-être avait-t-il bien observé l’environnement pour savoir où il lui fallait dropper sa balle pour qu’elle roule au point C). 

LA ZONE DE DROP ASSOCIEE AU PPPD

 

Voir la Définition de l’Obstruction et la Règle 24-2b(i)

■- Un joueur droitier a retrouvé sa balle en jeu au point A, sur un chemin piétonnier en béton classé « Obstruction Inamovible ». Le joueur, qui souhaite se dégager gratuitement du chemin selon la R.24-2b(i), a déterminé que le Point le plus proche de dégagement (PPPD) se situe au point B (et non pas au point C qui est plus éloigné). Il doit à présent dropper la balle à 1 longueur de club maximum de ce point B et pas plus près du trou. La balle, quand elle sera droppée, devra d’abord toucher une partie du terrain en un point qui évite l’interférence avec le chemin et qui n’est ni dans un Obstacle (bunker ou Obstacles d’eau) ni sur un green. La zone baptisée « Zone de Drop » sur le schéma, répond à toutes les exigences évoquées ci-dessus (la balle devra toucher en premier le terrain dans cette zone, quand elle sera droppée).

■- Le joueur a intérêt à matérialiser la zone de drop (avec quelques tees par exemple) pour éviter toute contestation par la suite.

■- Sur le schéma, le point B, qui représente le PPPD, n’a pas été positionné à dessein contre la bordure du chemin, afin de rappeler que la détermination du PPPD doit tenir compte de la trajectoire du club pendant le coup. (les divots se situent en général après la balle).  

■- Un joueur qui toucherait le chemin lors du coup suivant, serait pénalisé pour avoir joué d’un Mauvais Endroit à la suite d’une mauvaise application de la Règle 24-2b(i).

par Jean-Noël Arzul, arbitre fédéral. Janvier 2010 (valable jusqu’aux changements éventuels de règles, fin 2011)
Publicités